Williams Mullen

01.16.2011 Deal or No Deal ? Ne quittez pas une médiation sans un accord de règlement final signéPar Gilbert C. « Gib » Laite, III

01.17.2011

Les parties, leurs avocats et le médiateur ont travaillé une longue journée et jusque dans la nuit pour parvenir à un règlement des différends des parties et éviter un procès à venir. Finalement, juste avant 22 heures, le médiateur a annoncé qu’un accord avait été trouvé. Tout le monde se réunit dans la grande salle de conférence. Le médiateur produit une feuille de papier et écrit les termes de l’accord des parties, en annonçant chaque terme au fur et à mesure qu’il le fait. Entre autres, les parties ont convenu de préparer et de signer un accord de règlement final dans un délai d’une semaine. Une fois que tous les termes clés ont été identifiés, le médiateur a fait des copies du mémorandum et en a donné une à chacun des avocats. Tout le monde s’est serré la main, et la médiation a été ajournée.
Dans la semaine suivant la médiation, l’avocat du demandeur a préparé un projet d’accord de règlement qui reflétait les termes convenus et ajoutait plusieurs termes nouveaux et différents, que le demandeur jugeait « nécessaires » à l’accord final. Le défendeur, cependant, a refusé d’accepter les conditions supplémentaires, et le demandeur a refusé de les retirer. Ainsi, les parties n’ont jamais signé d’accord de règlement final écrit. Frustré, mais espérant sauver l’accord, le demandeur a déposé une motion demandant au tribunal d’appliquer les termes de l’accord convenu lors de la médiation.
Accord ou pas d’accord ? « Pas d’accord », a statué un tribunal fédéral dans l’affaire Intersections, Inc. v. Loomis, une affaire jugée en vertu du droit de la Virginie et comportant des faits similaires à ce scénario hypothétique. Bien que les parties soient parvenues à un accord de principe pendant la médiation, l’une des conditions spécifiait que les parties seraient finalement liées par un accord de règlement formel écrit. Puisque cette condition ne s’est jamais produite, le tribunal a statué que les parties n’ont jamais conclu un accord de règlement contraignant :

Dans ce cas, la preuve démontre qu’il n’y a pas d’accord de règlement contraignant et légalement exécutoire entre les parties. Bien que les parties soient parvenues à un accord de principe au cours de la conférence de règlement du 14 janvier 2010, elles ont explicitement envisagé qu’elles ne seraient finalement liées que par un accord de règlement écrit, signé et entièrement intégré.

Le fait que le demandeur ait inclus dans le projet d’accord des termes supplémentaires qui ne figuraient pas dans la feuille de conditions de la médiation est une preuve supplémentaire qu’il n’y a pas eu de  » rencontre des esprits  » entre les parties. Sans une rencontre des esprits, il n’y avait pas de contrat exécutoire.
La Cour suprême de Virginie est arrivée à la même conclusion dans une affaire similaire. Dans l’affaire Golding v. Floyd, le tribunal a statué qu’un « mémorandum d’accord de règlement », qui avait été signé par toutes les parties lors de la médiation, ne constituait pas un accord de règlement contraignant puisque toutes les parties avaient compris qu’un accord de règlement officiel devait être rédigé et signé.
La médiation est un excellent moyen de résoudre les réclamations et les différends juridiques. Si les parties parviennent à un accord lors de la séance de médiation, il est préférable qu’elles signent un accord de règlement écrit avant la fin de la médiation. Si les parties ne signent pas d’accord final ou quittent la médiation en sachant que les questions ne sont pas réglées tant qu’un document final n’est pas signé, elles risquent de perdre l’accord qu’elles étaient si près d’obtenir. Il n’est pas rare qu’une partie revienne sur sa décision après avoir quitté la médiation ou que l’avocat de la partie se rende compte, après avoir mis l’accord par écrit, qu’il n’a pas inclus une clause importante pour son client lorsqu’il a conclu un accord de principe lors de la médiation. Pour éviter cette éventualité, la plupart des médiateurs professionnels insistent pour que, si un accord est conclu, un accord contraignant soit rédigé et signé par les parties avant la fin de la médiation. Une bonne pratique consiste pour les parties à travailler sur la forme d’un accord de règlement avant la médiation, en laissant des blancs pour les termes susceptibles d’être négociés.
Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez contacter l’auteur ou tout membre de l’équipe Construction de Williams Mullen.
___________________________________________________________________________________
Veuillez noter :
Ce bulletin d’information contient des résumés généraux et condensés de questions juridiques réelles, de lois et d’opinions à des fins d’information. Il n’est pas destiné à être et ne doit pas être interprété comme un conseil juridique. Les lecteurs ayant des besoins particuliers sur des questions spécifiques devraient faire appel aux services d’un conseiller compétent. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre site Internet à l’adresse www.williamsmullen.com ou contacter Gilbert « Gib » C. Laite, III, 919.981.4046.

Contactez-nous | 1-804-420-6288

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.